sexta-feira, 11 de dezembro de 2015

Poemas de Germano Xavier em Francês (Parte XXXIII)

*

Por Germano Xavier

"tradução livre"


Quarta-feira, 23 de Setembro de 2015
Os multilares do amor


Les demeures diverses de l’amour

I

Je sais que je ne devrais pas rester là. Toi, tu le sais aussi. Pourtant je reste. Je resterai jusqu’à ce que je ne puisse plus ouvrir mes yeux et ne plus te voir. Je resterai jusqu’à ce que les heures de la journée se terminent et donc je ne pourrai plus sentir son absence. Je suis trop loin pour pouvoir supporter toute ta présence en moi. Il y a tant d’absence de toi en moi, tu sais ? Dois-je aller plus loin ? Où devrais-je refaire ce parcours en sens inverse et envahir tes yeux ?

Je sais que tu écoutes chaqune de mes conneries. Non seulement tu les écoutes mais tu essayes de les comprendre. Tu essayes même de les rendre plus suaves….Mais tu sais que ce n’est pas possible. Tu ne peux pas changer la direction de l’amour. L’amour est une destinée en soi même. C’est la mort qui arrive. Je prie pour que la vie après la mort existe réellement.


II

la lune
écrit en silence
notre vocation.

et moi je viole, rebelle
tes silences
que j’inonde.


III

P.S. - Je t’aime
pendant que toi
tu construits la pénombre.


IV

Illusion
Pourquoi s’inquiéter ?
C’est autour de l’illusion que je me construis
entier
Pourquoi s’inquiéter ?
c’est le sol où je ne tombe jamais seul
Pourquoi s’inquiéter ?
c’est chez elle que je me reconnais égal et différent
Pourquoi s’inquiéter ?
c’est elle qui me fait sourire dans l’âme
Pourquoi s’inquiéter ?
c’est le sang, l’air et l’arbre : c’est la vie
Pourquoi s’inquiéter ?
c’est la maison du désir
C’est l’Amour.


V

La cascade jaillit
déchainée, seule
incolore
et furieuse

elle saupoudre
légère et froidement
des gouttes en quête d’amour


VI

et sinon
autrement
ce mal de tête
c’est la philosophie de l’harponneur

je voudrais juste arrêter la rue
ci-dessous
et orner le silence
avec ton amour


* Imagem: http://www.deviantart.com/art/Mi-amor-by-Leonid-Afremov-194273827

Nenhum comentário: