sexta-feira, 22 de setembro de 2017

Poemas de Germano Xavier em Francês (Parte LXXXVI)



Por Germano Xavier


"tradução livre"


Quinta-feira, 16 de fevereiro de 2017

Sobre brutos monstros e pequenos corpos



Sur des monstres bruts et des petits corps


Serait-ce possible une solitude plus grande que moi?



Ici dans cette prison
(Certains l’appellent Vie, tout court)
Là où les vents se heurtent à l’entrée
Empêchés d’apporter les graines,
Aurait-il existé une fente
Où une réponse se pourrait glisser?
Existerait-il une fissure oubliée
Par où la paix puisse rouler?

Ici dans cette prison alarmante
Pleine de monstres brutaux,
Il y a des petits corps interrompus
Condamnés à se souvenir.

Là où je suis envahi par des silencieuses catastrophes,
Enchainées à mes doigts par des alliances éternelles,
Je suis la cible claire d’offensives sordides,
De refus insoupçonnables
Qui m’empêchent l’existence même.

Alors, je m’annule et j’étouffe.

Mes pieds ne peuvent plus que marcher
N’aboutissant nulle part
Même pas à la porte des envies
Seul un être rampant survit en moi.

Ici, dans cette prison
(Quelques un la prennent pour un Foyer)
La peur, la douleur et la nausée
Peuplent de longes mémoires
(Seule la torpeur est libératrice).

/oublier c’est ne pas vivre/

Ici, respirer est offensif et honteux,
Tout mon corps n’est que nudité
Le spasme et l’étonnement qui implorent une fin.

(Ma paix n’est qu’imprudence et le vide absolu)

Ici, ou ailleurs, je me souviens bien
Ma chair déchirée par un silence criminel
Là où les cris
Ne dépassent jamais les murs.

En prison,
Pas d’ouïlles
Pas non plus de secours:

Juste de l’ironie.

Contre la paroi froide,
Mon corps, vaincu, supplie:

«Va-t-en, mon âme!
Cache-toi entre les nuages,
Pour pas que tu me vois tomber…»

Ici, dans cette prison
(Certains l’appellent Vie, tout court)
Là ou je prie pour qu’on me réponde,
Je fouille des sens,
Les divinités m’observent –
Sadiques ou impuissantes?

Alors…
Je reste dans mon coin et je résiste
Peut-être que je lutte et je cesse d’exister
Au delà de ma douleur…

Ici dans cette prison
La vie existerait toujours (?)
Ainsi que l’amour (?)


* Imagem: https://www.deviantart.com/art/Sunset-Cloud-691188831

Nenhum comentário: